You are currently browsing the category archive for the ‘Cinema’ category.

62398_190509-chopard

A Cannes, des stars toutes aussi sublimes et populaires les unes que les autres ont accepté l’invitation du célèbre joailler Chopard. C’est au restaurant le Baoli, un lieu très branché situé dans les hauteurs de Cannes qu’avait lieu la soirée qu’il ne fallait pas manquer. La robe de gala était évidemment à l’honneur, pour Hilary Swank, Peaches Geldof (1), Isabelle Huppert (2),Clotilde Courau (3),Vahina Giocante (4), Asia Argento (5), Eva Herzigova (6), Evangeline Lilly,  Marion Cotillard, et tant d’autres…

Peaches Geldof a joué les jeunes vamps avec sa robe signée Paule Ka, tandis que Clotilde Coureau portait quant à elle la même robe radieuse que sur le tapis rouge de Looking for Eric.

Vahina Giocante a fait son show dans une robe parfaitement assortie à son regard ravageur. Elle s’est laissée aller à quelques poses truculentes et glamour. Rappelons que la comédienne a posé pour la cause environnementale dans le cadre de l’exposition Art you up for the Planet présentée sur la Croisette.

Deux membres du jury du Festival de Cannes étaient aussi de la partie, la présidente Isabelle Huppert dans un noir discret et l’exubérante mais charmante Asia Argento. La fille du grand Dario Argento, accompagnée de son mari Michele Civetta, n’a pas caché son amour pour son metteur en scène italien !

Egérie de Chopard, Eva Herzigova était magnifique dans sa robe noire en tulle. Le mannequin d’origine tchèque âgé de 36 ans est venu accompagné de son compagnon, l’entrepreneur turinois Gregorio Marsiaj.

Quel style !

 

 

A l’occasion de la sortie du film Coco avant Chanel, avec Audrey Tautou, l’occasion est belle de se replonger dans l’univers d’une styliste qui a propulsé le chic français au niveau de référence mondiale.

Si, comme le rappelle Le Figaro, Gabrielle Chanel a rebrodé à loisir des passages de sa vie, elle était beaucoup plus constante en matière de style. Et même si « régulière » qu’un siècle après ses débuts de modiste, en 1909, nombreux sont les codes et les détails de sa griffe qui n’ont toujours pas pris une ride ni changé. «Mieux qu’une mode, Chanel a légué un style», explique souvent Karl Lagerfeld, qui dessine les collections haute couture et prêt-à-porter de cette maison depuis 1983. «Ce style ne vieillit pas, c’est une petite musique intemporelle, le mariage du luxe et du raffinement, de la sobriété et de la classe.» En voulant habiller son époque, cette couturière s’est également avérée visionnaire. Tout ce qu’elle a imaginé comme vêtements au début du XXe siècle, les femmes se sont empressées de l’adopter à jamais. Toutes les nouvelles familles de produits qu’elle à lancées pour diversifier sa maison de prêt-à-porter, les autres griffes s’en sont inspiré pour faire également florès… En résumé, Coco Chanel a jeté les bases de la mode contemporaine et de son business. Si bien que les couturiers et les créateurs d’aujourd’hui se réapproprient fréquemment ses coupes et ses codes, à en oublier qu’il s’agit de pur Chanel. La preuve en images.

Tweed again

En 1928, la couturière chipe dans le dressing de son amant du moment, le duc de Westminster, les détails et la matière de ses costumes pour créer son premier tailleur en tweed. Ce tissu british est une draperie jusqu’alors réservée à l’habillement masculin. Elle le féminise en ajoutant des galons, des boutons, des petites chaînes. Ni ample, ni ajustée, la coupe de la veste est particulièrement représentative du style de cette Coco Chanel qui s’est escrimée à libérer le corps de la femme. Des décennies plus tard, son tailleur est un tel must, un symbole du chic indémodable, que des créateurs comme les Dolce &Gabbana se le réapproprient même pour leur ligne D &G de cet été.

Black &white

En 1928, la couturière chipe dans le dressing de son amant du moment, le duc de Westminster, les détails et la matière de ses costumes pour créer son premier tailleur en tweed. Ce tissu british est une draperie jusqu’alors réservée à l’habillement masculin. Elle le féminise en ajoutant des galons, des boutons, des petites chaînes. Ni ample, ni ajustée, la coupe de la veste est particulièrement représentative du style de cette Coco Chanel qui s’est escrimée à libérer le corps de la femme. Des décennies plus tard, son tailleur est un tel must, un symbole du chic indémodable, que des créateurs comme les Dolce &Gabbana se le réapproprient même pour leur ligne D &G de cet été.