L’année 2012 aura été marquée par deux ouvertures de capital importantes qui marquent la volonté des marques françaises de mode de partir à la conquête des marchés internationaux.

Fin février, la fille de Sonia Rykiel, Nathalie, héritière de la fondatrice de la célèbre marque de mode éponyme créée en 1968, qui détenait encore au début de l’année tout le capital de cette entreprise familiale, choisit de vendre 80 % des parts de son capital. C’est un fonds d’investissement chinois qui se porte acquéreur, Fung Brand, contrôlé par la famille Fung qui est également propriétaire du grand groupe Li&Fung, leader mondial du sourcing, et de Cerruti. Présidé par l’homme d’affaires français Jean-Marc Loubier, ancien de Louis Vuitton, ex-PDG de Céline, et ancien patron de la marque de mode Escada, ce fonds venait juste de racheter le chausseur français Robert Clergerie, et avait projeté l’an passé de reprendre la maison Jean-Paul Gautier. Sa position privilégiée dans le monde de la mode le désignait en effet comme l’un des mieux placés pour permettre à la maison familiale Rykiel d’accélérer avec succès son développement international. 

Plus récemment, c’est Thierry Gillier qui a choisi de positionner plus avant sur la scène internationale la célèbre marque Zadig & Voltaire dont il est le fondateur, propriétaire et patron. Après cinq mois de négociations, il a signé le 30 mars 2012 un protocole d’accord avec le fonds TA Associates, valorisant ainsi sa société pour près de 400 millions d’euros. Cet accord permettra à cette marque renommée et très rentable de relancer sa croissance en s’élevant au-dessus de son statut de PME familiale. L’expertise de TA Associates en la matière lui sera un atout majeur.

Ces transactions notoires, qui font bouger les frontières des marques de mode françaises ont été menées avec les conseils de LCF Rothschild, dont la branche Corporate Finance a pour Présidente du directoire Laurence Danon. Cette agrégée de sciences physiques au caractère trempé, animée par le goût du challenge, est devenue une actrice plus qu’influente au sein du monde des affaires. C’est elle qui a mené à bien le dossier Rykiel, puis celui de Zadig & Voltaire, son expérience à la tête de la chaîne de grands magasins Printemps de 2001 à 2007 lui ayant certainement donné l’occasion de déployer son expertise. Elle était déjà à la manœuvre lors des ouvertures du capital de Darel en 2008 au fond Advent, de Daume en 2009, et de Sandro-Maje en 2010 aux fonds L-Capital et Florac. 

Il a récemment filtré que la marque Nuxe faisait actuellement appel à ses services. Dans le contexte actuel de cession lié à la nécessaire mondialisation des marques françaises, LCF Rothschild s’impose ainsi comme un acteur aussi discret qu’efficace, que l’on devrait voir à la manœuvre les prochains mois.

Publicités