bugatti_renaissance_jmv

 

Voilà ce qui arrive lorsque la plus extrême des GT de série passe entre les mains d’un designer un peu frapadingue, de préférence imprégné de culture branchouille urbaine : un hommage très spécial à la Bugatti Veyron, baptisé Renaissance.

Cette libre interprétation de Bugatti Veyron sort tout droit de l’esprit tortueux de John Mark Vicente, designer canadien de son état. L’individu n’en est pas à son coup d’essai : régulièrement, JVM Design revisite à sa manière les sportives les plus marquantes… Ici, il fallait une bonne couche de perversion pour imaginer cette Bugatti Veyron particulièrement hargneuse! La déviance appliquée à l’automobile…

On doute que cette Bugatti Renaissance soit du goût des nostalgiques de la marque, mais le clin d’œil aux Bugatti des années 30 est subtil : contrairement à la Veyron « courante », la traditionnelle calandre en fer à cheval n’est pas simplement apposée sur sa face avant mais sert de point de départ au capot, plus bombé. Ce qui a pour effet de mettre en exergue les passages de roues avant, ajoutant encore à l’agressivité de la créature. Fini également les feux classiques, remplacés par des éléments à Leds en amande… Depuis la Bertone Mantide, il s’agit certainement du concept le plus audacieux, voire brutal, qu’il nous ait été donné de contempler.

L’identité de la supercar alsacienne est pourtant étrangement présente, ne serait-ce que par ses proportions équilibrées : malgré un poste de conduite relativement avancé, le profil garde une certaine harmonie. Et surtout, un tel postérieur est loin d’être innocent. L’arrière passerait pour une caricature de Veyron et en reprend les motifs : double bossage, galbes prononcés… Une nouvelle mante religieuse donc, pour l’instant cantonnée aux écrans de son créateur et des internautes. À moins qu’elle ne stimule l’inspiration d’unMansory ou autre préparateur adepte de la décadence…

bugatti_renaissance_jmv_2

bugatti_veyron_jmv

bugatti_renaissance_3

Advertisements